POLITIQUE FERROVIAIRE DU SÉNÉGAL : Me Youm décline les ambitions

Infosdakar- Me  Oumar Youm, ministre des infrastructures, des transports terrestres et du désenclavement a présidé ce jeudi 09 Janvier 2019 à Dakar, l’atelier de partage et la validation technique de la politique ferroviaire. C’est en  présence du secrétaire d’Etat chargé du réseau ferroviaire, Mayacine Camara.

Cette politique a pour vision la réhabilitation et la relance des chemins de fer du Sénégal. Cela  permettra à l’horizon 2035 de construire un système ferroviaire sécurisé en offrant un service de transport qui se positionne comme un vecteur de densification des flux démo-économiques favorable à l’amélioration de la compétitivité territoriale. Elle entre dans le cadre de la modernisation des infrastructures ferroviaires pour lever l’urgence de la mobilité dans la capitale dakaroise ainsi que dans le reste du Sénégal comme Matam -Tamba, Thiès- Saint Louis, Ndioum- Linguère -Dahra- Touba et Dakar -Bamako. D’après le ministre Oumar Youm, les chemins de fer restent un levier essentiel pour atteindre l’émergence visé à travers le PSE. Cette politique ferroviaire  s’inscrit dans l’ambition du Président de bâtir dans l’équité et la cohésion sociale. Pour rappel, le Président avait dit lors du lancement des travaux du Train Express Régional TER: « Nous avons inscrit les infrastructures parmi les secteurs structurels du PSE  par ce que sans infrastructures il ne peut y avoir ni émergence ni développement ni prospérité ». Ainsi cette politique adossée à la modernité  du système de transport  collectif vise à bâtir un aménagement équilibré et une meilleure attractivité du territoire profitable au plan économique social et environnemental dans une logique d’intégration régionale. « Le pays est dans une phase très active  de préparation du financement que la banque mondiale accorde au Sénégal et au Mali pour la relance des activités ferroviaires Dakar -Bamako et d’être sur une dynamique de renaissance  du ferroviaire au Sénégal », a-t-il dit . Abordant dans le même sens, Mayacine Camara, secrétaire d’Etat chargé du ferroviaire soutient  que depuis 3 à 4 mois, l’Etat a engagé cette politique par une approche  économique, de rentabilité  social et environnemental. Et toutes les lignes proposées se justifient par un besoin économique mais aussi un besoin de transport de fret et de personnes .En effet,  cette politique va jouer un rôle important dans le bassin arachidier ainsi que dans les zones où se trouvent des mines des phosphates etc et  beaucoup  de problèmes seront régler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *