REVUE DE PRESSE DU 10 JUILLET 2020

À la Une · Litige foncier à Ndingler : « La prise de parole » de Babacar Ngom en 10 points· Affaire des gazelles Oryx : La Plateforme Avenir demande la démission du ministre Abdou Karim Sall · Moustapha Cissé Lo va –t-il être sauvé par Marieme Badiane ?

– Conférence de presse de Babacar Ngom de la Sedima : Résumé des échanges en 10 points. Babacar Ngom dans le verbe
– « C’est Khadim Samb qui m’a proposé d’investir dans le monde rural, en commençant par la zone de Sindia qui englobe Ndiaganiao. Ce que j’ai fait en respectant toutes les procédures légales. Aujourd’hui, Sedima est entre le marteau de Sindia et l’enclume de Ndingler. J’affirme ici et maintenant que les terres appartiennent à la Sedima
-Macky Sall est mon ami même s’il est fâché contre moi. Peut-être qu’il est victimes de médisances et de rumeurs me concernant. J’ai constaté un froid depuis l’avènement du Club des investisseurs surtout avec le recrutement d’Abdourahmane Diouf. Tout cela a du être manipulé par certains. Mais, je vous assure que je n’ai jamais demandé un lopin de terre au Président. La seule chose dont je lui ai parlé c’est la situation que je subis. En effet, j’ai dit à Macky Sall, lors de notre dernière rencontre qui remonte à 4 mois, que je suis victime d’injustices
-Seul l’Etat peut régler la question, on avance vers une solution avec le ministre Abdou Karim Fofana, même s’il ya des gens tapis dans l’ombre qui attisent le feu auprès des populations de Ndingler. Nous tendons la main aux populations. J’avoue que j’ai fait même des plans pour habitation pour une résidence familiale. J’envisage d’habiter là-bas en effet
-Il y a un soubassement et un agenda politique derrière l’agitation de certains, à l’approche des élections locales. Il y a des individus qui feront de l’affaire Ndingler leurs choux gras jusqu’aux locales. A chaque fois qu’on approche d’une solution négociée ils font tout pour brouiller les cartes
-J’assume ma position sur le dossier Akilee-Senelec, je maintiens mes propos sur la nécessité de protéger le privé national. Le Club des investisseurs continue, et sur 80 membres seuls 5 ont démissionné. Je compte de ne pas rempiler comme président du CIS, à la fin de mon mandat
-Je paye 9 millions par semaine à la gendarmerie pour assurer la sécurité du périmètre foncier qui est de 225 ha que la Sédima a acquis légalement. La situation est tendue et certains sont prêts à tout
-Je compte investir au moins 2 milliards dans ce domaine avec 1000 emplois projetés
-Pour les 2 millions dont parle le vieux de Ndingler, c’était juste une idée de Khadim Samb qui avait avez proposé de leur remettre quelque chose. Mais il n’ya jamais eu de tentative de corruption envers ces populations. Nous sommes prêts à geler le projet 2 ans ou plus, ça ne gênerait pas la Sedima.
-La politique m’intéresse pas, seule ma fille Anta s’est impliquée dans la politique en 2012 pour soutenir le candidat Macky Sall. Moi personnellement je n’ai pas d’ambitions politiques
-Sur les attaques d’Haby Ndour, c’est Youssou Ndour qui m’a appelé pour me dire que leur maman était malheureuse, après les attaques d’Haby. Je vous rassure que je n’ai pas écouté ses propos. Il n’a jamais été question de mettre la main sur le terrain d’Haby Ndour, elle est ma sœur. Ce lopin n’intéresse pas KFC. Toutes les polémiques sur ma personne sont juste un passage difficile, j’ai dit à ma famille et à mes proches de vivre ces évènements difficiles avec dignité et endurance. Si pour 75ha, on ameute le monde entier, je suis prêt à prendre ma retraite pour laisser la place aux jeunes»

– Affaire des gazelles Oryx : La Plateforme Avenir Senegaal Bi Nu Begg demande la démission du ministre de l’environnement : Dans une déclaration publiée, hier dans la soirée, Cheikh Tdiane Dieye et ses camarades exigent la démission d’Abdou Karim Sall. « Le Ministre de l’environnement a été pris en flagrant délit de braconnage et de prédation. Il a posé un acte moralement condamnable et indigne de sa charge, car relevant tout à la fois du délit de détournement de ressources publiques à des fins privées, d’abus de fonction, de conflits d’intérêt, etc. Cette opération n’est en rien différente de celles des braconniers qui déciment la faune, si ce n’est par l’acte administratif par lequel il s’est auto-octroyé cette faveur et en a probablement accordé à d’autres privilégiés. Compte-tenu de la gravité de cet acte et de son effet désastreux sur l’image du Sénégal sur la scène internationale, notamment auprès de la communauté des défenseurs et protecteurs de la nature, la Plateforme Avenir Senégaal Bi Nu Begg invite le Président de la République à démettre le Ministre de l’environnement de ses fonctions dans les meilleurs délais. La Plateforme Avenir se réserve le droit de saisir les institutions internationales compétentes, notamment le Secrétariat de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et flore menacées d’extinction, (CITES); l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN); le World Wildlife Fund (WWF) ainsi que d’autres organisations intergouvernementales et non gouvernementales internationales. »

– Moustapha Cissé Lo est-il sur le point de sauver sa peau ?:   Après 72h d’échanges très média médiatisés, le calme est revenu entre les belligérants de l‘affaire des insultes qui met en scène Yakham Mbaye, Farba Ngom et Moustapha Cissé Lo. L’accalmie proviendrait d’une grande opération de médiation menée en toute discrétion par Madame Marième Badiane collaboratrice très proche du couple présidentiel et identité remarquable de l’APR. Selon le Quotidien, si les tractations de Marieme Badiane ne sont pas torpillées, des retrouvailles entre les frères ennemis, sont à prévoir les jours à venir. Plusieurs pontes du régime s’investissent aussi pour éviter une séparation définitive entre Cissé Lo et le Président Sall

– Le Projet des 50000 lampadaires de 57 milliards mis en péril par des citoyens véreux : L’État a entrepris un vaste chantier d’installation de lampadaires à éclairage solaire dans plusieurs communes du Sénégal. 14 régions du Sénégal et 88 communes du pays devraient être touchées pour un coût de 57 milliards de francs CFA. Malgré l’appel lancé par les autorités pour protéger ces biens communs, certains citoyens passent outre. C’est le cas à Mbaling dans la commune de Malicounda et d’autres localités du pays, où des poteaux ont été vandalisés, par des citoyens qui revendent les pièces volées, comme l’a montré nos confrères de Dakaractu

– La Cour suprême a rejeté, ce jeudi 9 juillet, les deux requêtes du Congrès pour la renaissance démocratique (Crd) : visant à faire annuler l’instauration de l’honorariat pour les anciens présidents du Conseil économique, social et environnemental (Cese). Mais, pour Abdoul Mbaye et ses camarades, c’est une victoire, d’autant que l’agent judiciaire de l’Etat a introduit, lors des débats, un élément nouveau constitué par un troisième décret 2020-964 qui n’a été publié au «Journal officiel» que le 19 juin 2020, «soit près de 2 mois après sa signature et plus de 15 jours après le lancement des procédures du Crd». Les membres du Crd font comprendre que le nouveau décret, que l’Etat a été obligé de prendre pour sauver les meubles, ne fait pas état d’une rémunération pour les présidents honoraires du Cese, rapporte seneweb

– Le beau geste de Macky Sall à l’endroit de Khalifa Sall : Le président de la République, Macky Sall, a envoyé une délégation conduite par le ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, pour présenter à Khalifa Babacar Sall ses condoléances suite au rappel à Dieu de sa tante, le 16 juin dernier. L’audience s’est déroulée, dimanche dernier, dans les appartements privés de l’ex-maire de Dakar, situés dans un célèbre immeuble Dakarois, rapporte senego. La défunte, Madia Dia (95 ans), première épouse du père de Khalifa Sall, s’était illustrée à travers ses différentes sorties dans la presse pour réclamer la liberté de ce dernier. Les liens très étroits qui les liaient ont fait que ce dernier l’a surnommée affectueusement «maman». D’ailleurs, elle a été la première personne à qui Khalifa Sall a rendu visite à sa sortie de prison.

– La Police publie les chiffres de la criminalité et des infractions du mois de juin : 2630 individus interpellés durant le mois de juin 2020, les services relevant de la Direction de la Sécurité Publique, ont mené sur l’ensemble du territoire national des opérations qui ont abouti à l’interpellation de deux mille six cent trente (2630) individus, pour diverses infractions, dont quarante-sept (47) de nationalités étrangères. Ces interpellations sont réparties comme suit. 404 individus appréhendés pour atteintes aux biens (vols, recel, abus de confiance, détournement, escroquerie), 193 pour infractions au code des drogues, 156 pour atteintes aux personnes (homicides, accidents, tentative de meurtre, coups et blessures volontaires, viol-attentat à la pudeur, violences à ascendants) et 159 pour atteintes à la paix publique, 1531 pour vérification d’identités et 187 pour ivresse publique et manifeste. Poursuivant la lutte contre le grand banditisme en période d’Etat d’urgence, les éléments du Commissariat spécial de Saly Portudal ont démantelé 02 bandes de malfaiteurs redoutables ; l’une composée de 13 individus, s’adonnait à un trafic d’êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle et l’autre pour implication dans plusieurs cambriolages (Bureau des Relations publiques de la Police).

Sencafeactu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *