LOCALES DE 2022 : Les journalistes, animateurs et chroniqueurs candidats appelés à démissionner le temps de la campagne

LOCALES DE 2022 : Les journalistes, animateurs et chroniqueurs candidats appelés à démissionner le temps de la campagne

Le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA), par la voix de son président Babacar Diagne a annoncé, mardi que toutes les personnes employées dans des organes de presse qui sont candidats aux prochaines élections locales devront démissionner le temps de la campagne électorale.

« Nous avons dit que tous les journalistes, animateurs, chroniqueurs et qui sont candidats comme maire, président de conseil départemental ou conseiller municipal seront obligés de laisser tomber leurs professions de journaliste et d’être des politiciens purs durant toute la campagne » a-t-il dit lors de la conférence de presse coanimée par le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA) et la maison de production Even Prod productrice de la série à polémique ‘’Infidèles’’. Selon lui, toutes les « toutes les chaines qui ne respecteront pas cette directive seront sanctionnées ». Diagne a rappelé que la structure qu’il dirige va être ferme là-dessus. Il a soutenu que plus de 99% des confrères qu’ils ont  rencontrés ont dit que « non seulement le CNRA a raison, mais les concernés auront dû eux-mêmes prendre la décision de laisser tomber leurs émissions ». « Certains s’obstinent encore, parce que j’en vois des gens qui continuent alors qu’ils sont candidats. Vous ne pouvez pas être candidat, être employés dans une chaîne et taper sur votre concurrent tous les jours. Il y a un problème d’équité, car votre adversaire n’a pas accès à la chaîne », a fait savoir Babacar Diagne. Pour lui, le CNRA reste clair sur ce point, soulignant que « dès que les listes seront déposées et acceptées et que les concernés sont édifiés sur leur sort, ils seront obligés de laisser tomber leur travail ». « Il nous faudra faire preuve d’équilibre. Nous sommes des professionnels et nous devons nous respecter, mais aussi faire respecter notre métier », a-t-il insisté.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *