ENERGIES RENOUVELABLES ET PME : Le Sénégal signe avec la KFW deux conventions pour un montant de 28 milliards de francs CFA

Le Sénégal et la Banque allemande de développement (KFW) ont signé, vendredi, deux conventions portant sur l’intégration des énergies renouvelables et facilité de croissance des petites et moyennes entreprises (PME), pour un montant total de 28, 1 milliards de francs CFA. 

« ’La cérémonie entérine la phase de planification de la facilité de croissance PME et l’intégration des énergies renouvelables. Le financement sous forme de don de ses projets, s’établit respectivement à 16, 3 milliards de francs CFA et à 11,8 milliards de francs CFA », a précisé, le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération, Amadou Hott à l’occasion de la cérémonie de signature de ces deux conventions avec la KFW. L’ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne à Dakar, Sonke Siemon et du directeur général de la KFW, Karl Von Klizing étaient présents à cette cérémonie de même que le Directeur général de la Senelec, Pape Mademba Bitèye et celui du Fonsis, Pape Demba Diallo. Selon lui, la facilité de croissance des PME également dénommée Fonds Oyas capital, est un fonds de financement en dette mezzanine . Cela signifie,  en dette considérée comme du capital ou fonds propres qui permettent d’attirer une dette bancaire estimée à plus de 70 milliards de francs CFA. Le ministre Amadou Hott a précisé que l’Allemagne, va contribuer à hauteur de 16 milliards de francs CFA. En outre, a-t-il indiqué, d’autres investisseurs comme l’agence américaine, USAID, vont également participer à ce projet.  « Avec ces 70 milliards de francs CFA de don en mezzanine, le Sénégal peut attirer entre 65 et 120 milliards de francs CFA de dette bancaire qui permettra après, de financer plus de 196 milliards de francs CFA, par effet de levier’’, a fait savoir, M. Hott. Dans le même contexte, a-t-il indiqué, « le Fonds souverain d’investissements stratégiques (FONSIS), a été choisi comme prometteur du projet, dont la gestion va être confiée à une structure privée ». Toujours selon lui, ce projet permet de renforcer le bilan des PME sans nécessairement une crise de participation immédiate. C’est cela l’innovation car, beaucoup d’entrepreneurs ne souhaitent pas une participation au capital, parce que ne voulant pas être dilués, a expliqué, Amadou Hott. Quant au projet sur l’intégration des énergies renouvelables, qui a trait à l’installation de systèmes de stockage d’énergie par batteries, il sera exécuté par Senelec, sous la tutelle du ministère des Energies et du Pétrole, a-t-il précisé.  « Le but est de poursuivre l’amélioration de la qualité de l’alimentation électrique, de renforcer la résilience générale du réseau électrique par l’intégration des énergies renouvelables, permettant ainsi la réduction des émissions en CO2 en lien avec les objectifs de développement durable », a indiqué, le ministre de l’Economie. Avec ce stockage qui renforce le système, Amadou Hott espère que la Senelec pourra faire plus d’énergies renouvelables.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.