TRANSFORMATION DE CÉRÉALES LOCALES : ‘’AGRO SAAFI’’ bénéficie un second financement de 165 872 317 FCFA

Mme  le ministre  de l’économie  solidaire  et de la micronfinance a effectué  ce jeudi   une visite  dans les  locaux de l’Entreprise AGRO SAAFI à Sindia. Voici  l’intégralité  de son discours.

Je voudrais tout d’abord magnifier la coopération de plus de trente ans entre le Sénégal et l’Italie dont l’une des manifestations a été la mise en place de la Plateforme d’Appui au Secteur privé et à la Valorisation de la Diaspora sénégalaise en Italie (PLASEPRI).

Ce qui nous a permis dans sa phase 1 d’accompagner 580 MPME à travers 18 Etablissements Financier : Banques & SFD

Aujourd’hui la phase 2 bénéficie d’un budget global d’environ 37 millions d’Euros :

  • Etat du Sénégal : 10 Millions d’euros (fonds revolving)
  • Gouvernement d’Italie : 13 Millions d’euros
  • UE : 13,730 Millions d’euros

Le Programme PLASEPRI a été mis en place pour favoriser l’investissement au Sénégal de nos compatriotes et soutenir la création et le renforcement des Petites et Moyennes Entreprises locales. La visite qu’on vient d’effectuer est la matérialisation des objectifs de ce programme.

Nous sommes ici au niveau de l’Entreprise AGRO SAAFI de M. Babacar CISSE, porteur d’une vision de développement basée sur l’entreprenariat et sur la valorisation de nos ressources locales afin de redynamiser le secteur agricole si cher au Président Macky SALL  

Il a bénéficié dans le cadre de ce programme d’un premier financement de 10 millions de FCFA, puis un second financement de 165 872 317 FCFA avec un taux de 6,5%, pour son projet de transformation de céréales locales dans le cadre de l’extension de ses activités pour la production de farine infantile, de chips pour enfant.

Il faut le rappeler, la couche infantile fait partie des priorités du Gouvernement, nous avons la gratuité des soins médicaux des enfants de 0-5 ans.

Ce projet vient juste renforcer cette vision du Président de la république en proposant à cette couche infantile si vulnérable des produits de qualités made in Sénégal comme on vient de le découvrir avec cette cérémonie de dégustation.

Au-delà cet aspect, nous avons la création d’emplois direct et indirect. En 2011 il avait 35 employés directs, aujourd’hui près de 70 emplois et bientôt ça va tripler quand il va entrer dans la phase de production et commercialisation de la farine infantile.

Ne parlons pas des saisonniers, des agricultures qui produisent la matière première au niveau Saloum, des GIE qui la commercialisent, du boutiquier au quartier… La création d’emploi est au cœur des programmes du gouvernement. La jeunesse, l’économie solidaire sont parmi les 5 initiatives majeures du prochain quinquennat du chef de l’Eta.

Très prochainement chers confrères nous seront ensemble dans d’autres localités pour visiter d’autres promoteurs bénéficiaires de ce programme :

  • Avico Sarl : production et commercialisation d’œufs à couver (OAC),  un projet très innovant d’un expatrié financé à hauteur de 200 millions. Commune de Diender, Village de Ndieuguène, chez mon grand frère Ousmane Tanor DIENG.
  • SENEMAR Sarl : Exportation de produits halieutiques (poisson), financé pour l’acquisition d’un camion frigorifique pour 20 millions. Dakar / Mosquée divinité
  • RMEC NDIAYE : Réseau des Mutuelles d’Epargne et de Crédit des Niayes qui a reçu une ligne de refinancement à hauteur de 100 millions qui lui a permis de financer 54 projets.

En effet, le développement des PME et leur accès au crédit a été pendant très longtemps une priorité de premier rang pour son excellence Monsieur Macky SALL.

Cette préoccupation de l’Etat pour le développement des PME se justifie à plus d’un titre. En effet, ce segment représente 90% du tissu des entreprises sénégalaises, contribuant ainsi à 30% du PIB et employant 60% de la population active.

D’ailleurs ses performances du secteur de la microfinance sont illustrées par les indicateurs ci- après : 2.887.282 membres clients, 302 Systèmes financiers décentralisés, 320,9 milliards d’encours d’épargne.

Il s’y ajoute que la contribution du secteur au PIB de 2018 est attendue à 3,5% et sa participation au financement de l’économie à 9,6%.

Comme nous le constatons, ces indicateurs traduisent une progression constante du secteur.

Grace à la volonté du chef de l’Etat de promouvoir le développement des PME et facilité leur accès au crédit, un autre programme sera opérationnel incessamment : Programme de Développement de la microfinance islamique (PROMISE)

Financé à hauteur de 47 milliards de FCFA par l’Etat du Sénégal et la BID, il devrait contribuer à la création de 50.000 micros-entreprises et générer 25000 nouveaux emplois d’ici à 2025.

La mise en œuvre de ces deux (02) programmes, combinée à l’action du Fonds d’Impulsion de la Microfinance (FIMF), devrait contribuer à accroître l’offre de financement en direction des populations en général : Groupement de femmes, Coopératives, Associations, GIE…

Je suis sûre que la mise en œuvre de cette deuxième phase du Programme répondra aux attentes des différents acteurs à tous les niveaux et permettra à la PLASEPRI de jouer pleinement son rôle d’outil de développement économique et d’instrument de mise en œuvre de l’axe 1 du PSE intitulé « Transformation structurelle de l’économie et croissance », qui constitue le référentiel de notre politique économique et sociale sur le moyen et long termes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *