Contribution TOUT SUR LES 7,5 MILLIARDS DE TAIWAN: Ce qui s’est réellement passé

  • Le 3 dècembre 2004: le Président Abdoulaye Wade a écrit une lettre adressée à son homologue Président Shen Chiu Bian de Taiwan et chargé l’ami de la famille Wade Pierre Aim de porter la lettre à qui de droit lors d’une mission du 14 au 17 Décembre 2004.
  • Le 22 Mars 2005: suite favorable, Pierre Aim retourna à Taiwan pour récupérer la somme de 15 millions de dollards (soit 7.5 milliards). Pierre Aim transfère la somme dans le compte de son fils Emmanuel ,logé aux Usa qui à son tour vire les 7 milliards dans un autre compte bancaire à Chypre, ce compte est ouvert de la Société Fitem Entreprise Limited de Jerome Godard un autre ami de la famille Wade.

Il est bon d’interpeller Macky Sall sur les responsabilités des malheurs de l’ICS à côté de Jerome Godart et Mamadou Ndiaye. La question est de savoir pourquoi les 7 milliards ne sont pas virés au Trésor mais il a fallu attendre presque un an pour que Wade annonce en plein conseil de Ministres qu’il a reçu un don personnel de 14 millions de dollards de Taiwan dont un million de dollards a déjà disparu.

Il faut lever l’équivoque, les 15 millions de dollards étaient offerts au peuple sénégalais et non à Wade pourqu’il fasse balader nos milliards de compte en compte et ses responsabilités sont engagées pour la disparition d’un million de dollards.

Quelques semaines avant les élections présidentielles de 2012, Idrissa Seck accuse son frère libéral sur les fonds taïwanais. Macky Sall paniqua et s’y expliqua en des termes peu étatiques avec la complicité de Wade qui l’avait défendu ainsi que feu Djibo Leyti Kâ.

8ans après Abdoulaye Wade revient accabler Macky Sall et le traiter de voleur au sujet de ces fonds qu’il prenait pour un don personnel d’un ami alors que la lettre de sollicitation publiée dans l’hebdomadaire « Le Témoin » et signée de la main du Président de la République du Sénégal est écrite au nom de l’Etat du Sénégal et adressée à l’Etat Taïwanais.

Il est lieu de reconnaitre que l’histoire donne encore Raison à Idrissa Seck.

Tahirou Sarr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *