SIDATE SAGNA PRÉSIDENT DE L’UDN: « J’ai utilisé mes propres moyens pour la réélection de Macky Sall ».

La réélection  de Macky Sall au premier  tour, la  question  du vote  ethnique,  la percée d’Ousmane Sonko,  les défis qui attendent Macky Sall  pour  son deuxième  mandat entre  autres  sont les questions abordées  par   Sidate sagna qui a soutenu la candidature du président Macky Sall. Basé aux  parcelles assainies, ce  jeune chef d’entreprise évoluant   dans  le secteur de la pêche depuis 2002 mais  aussi dans le social, a créé un mouvement  dénommé Union pour  le développement national (UDN).

Quelle  est la  première lecture de la réélection  de Macky Sall au premier  tour  avec  de  plus de 58 % ?      

 D’abord, je vais  féliciter les sénégalais qui ont voté.  Je salue  mais aussi  la maturité  des sénégalais en ce qui concerne la sérénité des  élections.  Le pourcentage  des  élections était   visible  vu  les   réalisations du président de la république Macky Sall. Cela a impacté  sur  la réélection de Macky Sall dès le 1er tour.

Sur quoi  pensez-vous que les sénégalais ont  décidé de renouveler leur confiance  à Macky Sall ?

Sur  les projets qui sont  là. Les autres  sont achevés et d’autres sont en cours. Les  sénégalais ont vu que  Macky Sall  a une vision  de l’émergence  et de faire  travailler les sénégalais  pour achever  les  projets  qui sont  bénéfiques pour le  Sénégal.

Mais, il y a un pourcentage  qui n’a pas voté pour  Macky Sall. Es ce  que ce n’est pas un rejet  assez important  de  sa politique ?

Aujourd’hui, d’autres n’ont pas bien compris  le  phénomène  d’Ousmane Sonko qui est arrivé avec les jeunes, sa façon de faire et de parler. Il a essayé de convaincre  les plus jeunes pour défier le président Macky Sall. Mais ce  sont les sénégalais  matures qui ont voté le président Macky Sall. C’est un taux assez élevé pour  notre candidat  mais on est  satisfait. Donc  on s’en maintient là et on va continuer à travailler pour  améliore beaucoup de choses. On est confiant  sur ce qu’on fait et  on  av avancer  dans le bon sens.

L’emploi,   pauvreté,  l’éducation sont des points noirs  dans  le bilan  de Macky Sall ? 

Sur  tous ces  domaines, le président Macky Sall  a fait beaucoup d’efforts. Avec son deuxième mandat,   vous verrez encore beaucoup d’avancés  notoires notamment au niveau de l’emploi des jeunes  mais aussi  au niveau de l’éducation et j’en ai  l’intime  conviction. Vous savez en sept ans, le président Macky Sall  a beaucoup fait  et  les sénégalais ont vu ce qu’il a fait. Donc, les 5 ans qui l’attendent, il va encore achever  ce qu’il a entamé  et  améliorer  les conditions de vie des sénégalais sur le plan social et économique.

 Vous militez aux parcelles assainies,  la victoire de  Macky Sall à Dakar, à  par  Rufisque, il n’a pas une  majorité. Est-ce que c’est n’est pas un échec dans  la capitale sénégalaise ? 

Ce n’est pas un échec.  Ce qui est  important pour  nous,  bien vrai que l’écart  n’est pas trop important, c’est  de remporter les  élections.  On a remporté, c’est une leçon pour nous. On va encore  persévérer pour voir les points  à améliorer pour convaincre les sénégalais d’une façon définitive.  

Mais ces  zones  l’opposition  vous a devancé ?

L’opposition  a travaillé  aussi pour essayer de contrecarrer  le président Macky Sall. Cela  a aussi impacter  sur les résultats. Ils ont beaucoup travaillé, c’est  le cas  de Sonko et Idrissa Seck.  Je n’ai rien contre eux.   

 Sur quoi le travail a été fait    aux  parcelles  assainies ?

Aux parcelles, si  vous voyez bien,  l’écart  n’était pas important entre  Sonko  et  le président  Macky Sall. Ça allait être catastrophique mais nous on a fait  un  travail exemplaire particulièrement moi. Avec mes propres  moyens, j’ai fait des journées  de sensibilisation,  des visites  de proximités surtout  avec la communauté diola pour les convaincre à voter  Macky Sall. A l’unité  21, j’ai beaucoup travaillé.   

Aux parcelles assainies, votre mouvement revendique une part  importante  de la victoire  de la coalition du président  de la République ?

Moi je n’ai rien  demandé au ministre  Amadou Ba  et au Maire  Moussa Sy. J’ai  travaillé  à l’ombre et j’ai utilisé  mes propres moyens pour la réélection de Macky Sall. 

Vous avez  approché   de la communauté Diola  aux  P.A. En tant que  intellectuel  vous n’avez pas peur  du débat  actuel  à la facture ethnique  que ces élections ont  montré ?

 La facture ethnique a impacté  lors  de cette  élection.  En Casamance, Sonko  a beaucoup gagné. Moi  je suis  de Balingore mais j’ai travaillé  au niveau local.  J’ai  envoi  des  fonds  dans  ma localité pour faire des sensibiliser  et organiser des meetings. J’ai payé  des  billets  aux étudiants  APR qui sont  ici  et qui n’ont pas  les moyens  pour aller voter à Balingore. Je l’ai fait  pour réélire  le président de  la République. Cela a réduit l’écart au niveau  des chiffres et   je l’ai fait aux parcelles  Assainies.

Quel est l’avenir  de  votre  mouvement aujourd’hui ? Pensez-vous fondre dans l’APR ? Quelle sera votre position  sur les locales ?

Mon  mouvement a des ambitions et je travaille. Je  ne veux pas dire  que  je veux la mairie  des parcelles  mais j’ai  des ambitions.  Je travaille  au fur  et à mesure pour  voir  la base  de mon mouvement.  Si cela nécessite vraiment de préparer un combat  dans le futur.  Je travaille  avec  l’APR et  je ne  vais pas  me fondre dans  l’APR  car j’ai des ambitions  politiques. 

L’appel  au  Dialogue du Chef  de l’Etat, qu’est ce vous en pensez ?  

Le dialogue lancé  par le chef de l’Etat est une idée pertinente parce que nous  sommes tous des Sénégalais. Je salue  la maturité  des sénégalais. La sous-région  pensait  que  ça allait  faire du bruit  mais le  sénégalais a montré le bon exemple  malgré le bruit. On a géré les élections  comme il le faut.  La démocratie sénégalaise s’est vraiment  imposée au  cours  de cette  élection  et c’est une victoire internationale. Les pays frontaliers devront  vraiment apprendre sur le  Sénégal.  

Quel est  l’appel  que vous devrez lancer  à  tous  les  responsables  politiques des parcelles ?

L’appel que je dois lancer aux  responsables politiques aux  parcelles,  ils n’ont  qu’à essayer de voir les jeunes  responsables politiques qui sont en train de travailler. Je suis responsable et je ne vais  pas aller  auprès d’Amadou Ba  pour lui demander. Encore  une fois je dis  qu’il y a un jeune  qui milite aux parcelles à l’unité 21 et qui est en train  de travailler dur  pour le parti du président de la république. Moussa Sy il m’appelle et il était une fois venu chez moi avec une  délégation pour me féliciter de la victoire. On demande de la considération. Quelqu’un qui travaille sans demander.  S’ils vont faire quelques au niveau des parcelles  assainies,  qu’ils  nous appellent, nous intègrent  et  qu’on discute pour  faire  avancer  la politique du président de la République. C’est ce qui est important. Aujourd’hui je ne veux pas  dire combien de militants  j’ai mais  je sais  que j’ai une base solide. Je travaille  de  l’Unité 1 à 26 pour élargir le mouvement.   

Infosdakar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *