YOUSSOUF TRAORE : « L’Afrique francophone est en retard sur l’économie numérique »

InfosdakarLa capitale  sénégalaise a accueilli  la première édition du programme francophone du leadership pour la transformation numérique organisée par l’Institut Digitalis.

Le directeur du programme de l’Institut Digitalis, Youssouf Traoré a déclaré à Dakar que  l’Afrique francophone connait beaucoup retard sur  le domaine de l’économie numérique contrairement l’Afrique anglophone.  Il s’exprimait lors de la première édition du programme francophone du leadership pour la transformation numérique. Cette rencontre  a regroupé des acteurs  venus  des pays francophones. Selon lui, l’Afrique francophone  enregistre beaucoup de taux d’acquisition financière plus élevé au monde. Sur ce, il a donné l’exemple  de la côte d’Ivoire qui enregistre en matière de transaction financière plus de 15 milliards mais malheureusement il  n’y a   pas une section dédiée à  l’économie numérique.  Sur  ce,  il fait savoir  que l’Institut Digitalis ambitionne de devenir ce groupe de réflexion.  A l’en croire,  Digitalis veut corriger certaines choses et porter haut l’économie numérique. Ainsi  poursuit-il : « Il faut créer des synergies pour l’Afrique parce que les défis sont énormes et que la formation numérique avance très vite. Les banques africaines sont très riches. En tant que africain c’est bien beau de dénoncer mais aussi les banques commerciales doivent innover. Il est d’avis qu’en tant que africain, on a  le devoir de contribuer à l’essor de nos pays en ayant une responsabilité sociale. « Nous allons bâtir ce programme pour que  l’Institut digitalis soit un groupe de réflexion sur les questions d’économie numérique afin de pouvoir influencer les autorités de régulation, les différents ministères des pays pour les encourager et les motiver sur la voie de l’économie numérique.  Nous ne pouvons  pas nous permettre d’être en retard sur cette question », a-t- martelé.  D’après le directeur du programme de l’Institut Digitalis, il faut l’inclusion financière  pour   permettre  aux populations vulnérables constituées  en majorité les femmes d’avoir accès aux institutions financières. « C’est inadmissible qu’au 21eme siècle  que  la grande frange de la population  n’a pas accès à l’eau et  à l’électricité. L’Institut Digitalis, en développant cette  journée de  l’économie numérique, pourrait changer la donne du continent »,   a conclu M. Traoré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *