CHINE : Les manifestants bloquent Hong Kong, report de l’examen d’un texte controversé

Ce mercredi 12 juin, les autorités hongkongaises ont annoncé le report de l’examen d’un projet de loi controversé visant à autoriser les extraditions vers la Chine continentale. Pour dire leur refus de ce texte, des milliers de manifestants vêtus de noir bloquent plusieurs artères principales au coeur de la ville.

Le gouvernement de Hong Kong a momentanément cédé, indique notre correspondante à Hong Kong, Florence de Changy. Le camp pro-démocratie avait tenté de convaincre depuis lundi le président du Legco (Conseil législatif), Andrew Leung, de prendre cette décision au vu de la tension qui montait dans la population et aux abords immédiats du Parlement où des dizaines de milliers de manifestants sont arrivés ce 12 juin au matin, bloquant le trafic.

C’est un recul, c’est même un constat d’échec quant à l’attitude jusqu’au-boutiste et intransigeante du gouvernement et sans doute en particulier de la cheffe de l’executif, Carrie Lam, connue pour être têtue, qui a pensé qu’elle pouvait passer en force en ignorant l’appel massif qu’à representé la marche de un million de personnes, et en redoublant la vigilance policière, ce qui a contribué à faire monter la tension.

Mais, ce que l’on ne sait pas encore, c’est si ce report est sine die et que le projet de loi va être oublié pour les mois ou les années qui viennent ou si ce n’est que reculer pour mieux sauter. Pour le moment, en tout cas, cela n’a pas suffi à calmer les manifestants qui vont sans doute vouloir obtenir une annulation complète du projet de loi.

Une multitude de parapluies

Les manifestants sont extrêmement déterminés, raconte notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde. Les mêmes barricades de parapluies, les mêmes barrières métalliques sur Harcourt Road et l’avenue Lung Wo accrochées les unes aux autres pour tenter d’empêcher l’arrivée des députés dans le quartier de l’Amirauté. À la marée blanche de dimanche a succédé une foule de jeunes gens en noir ce matin dès l’aube dans le cœur de Hong Kong, bloquant les accès au Conseil législatif.

Certains ont passé la nuit dans un parc tout à côté, avec de quoi tenir un siège : provisions, serviettes hygiéniques, masques, lunettes de protection et films plastiques pour se recouvrir les bras en cas de confrontation avec des policiers équipés de boucliers et de casque anti-émeutes. Une jeunesse déterminée appuyée par des catholiques venus prier devant les forces de l’ordre cette nuit et suite aux communiqués de l’évêché demandant à l’exécutif de surseoir, voire de renoncer à ce projet de loi sur les extraditions qui inquiètent également les milieux d’affaires.

Plus d’une centaine de petits commerces garderont leurs rideaux fermés ce mercredi pour permettre à leurs employés de manifester. Des grands cabinets d’audit (Deloitte, KPMG Pwc…) et de conseils et les trois grandes banques hongkongaises (Standard Chartered, HSBC et Hang Seng) ont accordé à leurs salariés la possibilité de faire du télétravail, là aussi pour celles et ceux qui voudraient protester contre le texte controversé.

Dans ce qui est la première déclaration officielle après le début de la manifestation, Matthew Cheung, adjoint de la cheffe du gouvernement Carrie Lam, a appelé dans un message vidéo les manifestants à débloquer les rues qu’ils paralysent près des bâtiments gouvernementaux et à se retirer.

RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *