CHEIKH OUMAR AÏDARA, CONSULTANT : « Sadio Mané, ballon d’or pour tout le monde sauf les votants »

Sadio Mané était un garçon de 10 ans qui courait très vite et pour qui, le foot représentait toute sa vie. Il vivait au sud du Sénégal. Issu de famille très modeste. Sa passion était le foot ball ; son rêve était de devenir l’un des plus grands joueurs de ce sport. Mais pour en devenir un il lui fallait déjà de vrais chaussures en cuir car les siens étaient en plastiques. Pour avoir des crampons en cuir, il allait cueillir des mangues puis les vendait aux marchands, puis un jour un vieux de bonne volonté lui vint en aide…

Mané atterrit finalement vers la zone des Niayes à quelques 5 kilomètres de Bambilor plus précisément à Déni Birame Ndao où Mr Mady Touré venait d’installer Génération foot; une infrastructure de haute envergure au service du foot ball qui va formater et former le jeune Sadio avant de l’accompagner vers une autre destination, un autre monde : le Fc Metz où il réussit à tirer son épingle du jeu.

Après Metz, il atterrit au Salzbourg et Southampton avant d’arriver à Liverpool où il est présentement le maître à jouer de kloop vainqueur de la ligue des champions co-meilleur buteur Première League anglaise.

Finaliste de la Can 2019 pièce maîtresse de Liverpool toute la saison…et malgré tout ce palmarès, il est peut être victime d’une sorte de néocolonialisme dans le football. Les décideurs refusent de voir les performances de l’enfant de Bambali par ce que tout simplement, il est Africain originaire du Sénégal.

Tenez-vous bien, Bambali; ce petit village a produit un digne fils qui à l’heure où je vous parle est le meilleur joueur du monde entier que vous le veuillez ou non…
Je n’arrive pas à comprendre que Christiano Ronaldo vainqueur de la série A et de la ligue des nations puisse dépasser Sadio Mané qui par ailleurs est nominé 2eme meilleur attaquant d’Europe derrière Messi; quel paradoxe!

Les instances concernées, revoyez votre système de vote. Il ne doit pas se faire sur des critères nominatifs, au-delà des performances de l’année en question. Ou bien dites-nous une bonne foi que les africains depuis 1995 (sacre de weah) ne feront plus parti des vainqueurs de ces titres individuels…

Je finirais par vous rappeler cet article 1 de la DUDH: 《Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droit. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité》.

Cheikh Oumar Aïdara, Consultant en football

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *