REVUE DE PRESSE 23 JUILLET 2020

· Enième drame causé par un camion fou sans frein à Dakar : 3 morts et plusieurs blessés à Yoff · Illimix : Orange change les règles et prend un tsunami · Pic de la pandémie au Sénégal : Ce sera en octobre selon Pr Souleymane Mboup .

1-Après Ndengler, un autre bradage du foncier à Sindia : C’est le journal Les Echos qui lève le lièvre dans sa parution du jour. Selon nos confrères, 556 ha ont été soutirés de la forêt classée de Bandia sous prétexte du projet de logements sociaux de l’Etat, puis lotis et mis en vente. A Kiniabour 1 : 90 ha à Meissa Ngom, 70 à Idy Thiam, 110 ha à un promoteur espagnol et 207 ha à Charles Haddad à Kiniabour 2

2-Changement de ses offres illimix : Orange reçoit un tsunami de critiques en retour

La journée d’hier a été « chaude » pour l’opérateur Orange qui a procédé au lancement de nouvelles offres jugées « scandaleuses » par les associations de consommateurs et par des citoyens. Momar Ndao de l’Ascosen a dénoncé cette offre, sur sa page facebook. « Ce coup de jarnac d’Orange est inacceptable pour une société qui fait plus de 3 milliards 200 millions par jour », s’est exclamé le Président de l’Ascosen. L’ancien parlementaire Cheikh Oumar Sy est allé plus loin dans la critique.

« Au moment où nous cherchons à relancer notre économie fortement touchée par la pandémie, la société Orange continue à sucer notre sang pour aller soutenir la relance économique de la France. C’est de l’esclavage technologique et numérique.

Les téléphones et surtout les smartphones sont devenus des outils de travail. Nous n’avons pas besoin de Package de 5GO pour la nuit. Nous travaillons généralement de 8h à 17h.

Il faut arrêter cette arnaque. C’est pire que la COVID-19 et semblable à la mise à mort de Georges Floyd.

Nous interpellons l’ARTP pour des explications cette forfaiture. Pourquoi les consommateurs ne sont pas informés à l’avance?

Avec 12.000 fcfa au Maroc vous avez un illimité mensuel et 25GO pour l’internet le double de ce que Orange Sénégal offre à 15.000 Fcfa », a lâché l’ancien député

3-Enième hécatombe causé par un camion sans freins conduit par un jeune inconscient : Trois personnes dont deux enfants d’une même famille ont perdu la vie

Un terrible accident s’est produit, hier à Yoff, à proximité du Centre aéré Bceao. Selon le correspondant de l’Asnews dans la zone, il s’agit d’un qui camion a subitement laissé sa voie pour se retrouver dans le décor. Dans sa folle course, il écrasera trois personnes. “Le camion a heurté un marchand ambulant, avant de cogner deux enfants qui étaient à bord d’un taxi”, informe le reporter de l’AS. Plus chanceux, le chauffeur du taxi a été secouru à temps. Le bilan total est de trois morts, cinq blessés, dont un dans un état grave.

4-Propagation du coronavirus au Sénégal : La faute imputable à la nouvelle stratégie du ministère de la santé, selon Dr Kanny Touré Kairé

Selon WalfQuotidien, au dernier bilan mensuel, le ministère de la Santé a décidé « de ne tester que les personnes symptomatiques ». Une méthode désapprouvée au plus haut point par le Dr Kanny Touré Kairé, spécialiste en santé publique. « Il y a beaucoup de personnes qui sont des porteurs sains de la maladie, mais ont la capacité de la transmettre à d’autres personnes qui peuvent en mourir », renseigne Dr Kairé. Donc, selon elle, le fait de décider de ne plus tester les personnes asymptomatiques est un recul manifeste dans la riposte et même un abandon. D’ailleurs, ajoute-elle, « le nombre de cas négatifs au Pcr avec des signes positifs au scanner sont énormes.

De même, le nombre de cas négatifs 02 fois et qui deviennent positifs a un 3e test sont aussi importants. Et de ce fait décider de ne pas tester des personnes asymptomatiques, c’est assumer en toute conscience qu’il y a beaucoup de personnes qu’on n’isole pas, qu’on ne surveille même pas, alors qu’elles sont positifs et capables de transmettre la maladie ».

5-Crise au Mali : Macky Sall et ses pairs à Bamako ce jeudi

Les Chefs d’Etat Macky Sall du Sénégal, Buhari du Nigéria, Alassane Ouattara de la Cote-d’Ivoire, Nana Akufo-Addo et du Nigerien Mahamadou Issoufou sont attendus à Bamako ce jeudi. Cette délégation, sera appuyée par le président de la commission de la Cedeao, l’ivoirien Jean-Claude Kassi Brou et par l’ancien président nigérian, Jonathan Goodluck. Des rencontres avec Ibrahim Boubacar Keïta et l’imam Mahmoud Dicko, dirigeant Mouvement du 5-Juin M5-RFP, sont prévues dans l’agenda des Chefs d’Etat.

6-L’exercice du métier et du titre d’expert désormais encadré par la loi : Le conseil des ministres, tenu ce mercredi, a adopté un texte qui va règlementer l’exercice du métier d’expert au Sénégal. Désormais, au même titre que les médecins, architectes, avocats, les experts disposent de leur Ordre qui organise cette branche d’activité dont beaucoup de personnes se prévalent sans en avoir la légitimité. Ainsi, le conseil a adopté, hier, « le Projet de décret portant application de la loi n° 2017-16 du 17 février 2017 portant création de l’Ordre national des Experts du Sénégal (ONES) »

7-Pic de la pandémie au Sénégal : Ce sera en octobre selon Pr Souleymane Mboup

En marge de la visite du Comité de suivi Force-Covid-19 à l’Iressef, Pr Mboup s’est prononcé sur l’évolution de la maladie au Sénégal. Selon le scientifique, la modélisation mise en place à l’Iressef montre que le pic de l’épidémie est à prévoir au mois d’Octobre et que l’épidémie devrait durer plus longtemps, rapporte Dakaractu

Interpellé sur la nouvelle stratégie consistant à tester uniquement les sujets symptomatiques, le Professeur Mboup dit être favorable au dépistage massif.

S’exprimant sur les tests rapides, le Pr Mboup fera des précisions de taille sur leur disponibilité et les différentes formes de tests. À l’en croire, à l’heure actuelle, les tests rapides disponibles sont essentiellement de type sérologique, c’est-à-dire qui sont destinés à savoir si l’individu a développé une défense contre la maladie.

Des contraintes liées à l’approvisionnement en intrants, notamment en réactif d’alternatives par rapport aux kits de prélèvement mais aussi de mise à disposition de laboratoires décentralisés, ont été soulevées et des solutions rapides sollicitées. Des préoccupations qui seront remontées à qui de droit par le Comité de suivi du Force Covid.

Sencafeactu