REVUE DE PRESSE DU MARDI 20 DÉCEMBRE 2022

1- Nouvelle arrestation de Pape Alé Niang : Me Khoureyssi Ba donne les raisons

On en sait un peu plus sur l’interpellation ce lundi soir du journaliste Pape Alé Niang. Joint au téléphone par PressAfrik, son avocat, Me Khoureyssi Ba a, d’emblée, confirmé la nouvelle avant de donner les raisons.
« Effectivement notre client Pape Alé Niang vient d’être interpellé sur ordre du juge Mamadou Seck. Il a ordonné la levée du contrôle judiciaire. S’en est suit le mandat d’amener », a fait savoir la robe noire.
S’agissant des raisons qui ont poussé le juge à agir ainsi, l’avocat d’expliquer que son client est victime de l’article 127 du code du procédure pénale. « Vous savez nous sommes dans une affaire un peu compliquée. Je vous explique dans le cadre de Pape Alé c’est le parquet qui est le maître de la procédure. Le juge aussi a les mains liées. Parce que dans cette affaire de diffusion de fausses nouvelles par exemple c’est le parquet qui a accordé la liberté provisoire à Pape Alé Niang. S’il avait refusé, la demande serait irrecevable. Maintenant il est assujetti à un contrôle judiciaire. Et pour un contrôle judiciaire il y a des conditions à respecter. Si tel n’est pas le cas, le juge peut le révoquer. »
Il ajoute: « comme vous le savez le juge s’est appuyé sur l’intervention du journaliste sur le live de MOLLA MORGUN et la sortie jugée tendancieuse à propos du DG de la Police Nationale BOCAR SEYDOU YAGUE, a requis la révocation de la mesure de contrôle judiciaire. »
A cet effet: « En application du texte de loi précité M. MAMADOU SECK, après avoir fait arrêter immédiatement l’inculpé, va le remettre probablement sous mandat de dépôt. Le rendez-vous est pris demain à 10:00 au 2ème Cabinet. Les droits de la Défense étant absolus, l’espoir est permis ».


2- Rapport de la Cour des comptes : Les députés Aminata Touré et Guy Marius Sagna introduisent des questions d’actualité


Comme le leur permet l’article 92 de la loi organique n°2002-20 du 15 mai 2002 portant règlement intérieur de l’Assemblée nationale, modifié, les députés Aminata Touré des non-inscrits et Guy Marius Sagna de la coalition Yewwi Askan Wi, ont interpellé le gouvernement en posant, sur la table du président de l’Assemblée nationale, une question d’actualité relative au rapport de la Cour des comptes sur la gestion des fonds de riposte et de solidarité face à la Covid-19, informe Dakaractu.
En vertu de l’article 94 du même règlement permettant aux parlementaires de poser des questions aux membres du gouvernement sur les questions nationales ou internationales, cette lettre déposée sur la table du président de l’Assemblée nationale permettra à la conférence des présidents de décider de leur prise en compte au cours de la prochaine séance réservée aux questions orales.
Les honorables députés Aminata Touré et Guy Marius Sagna se disent prêts pour, au cours de cette séance, interpeller le gouvernement sur des questions d’actualité relatives au rapport de la Cour des comptes paru depuis une dizaine de jours.
Lors de la dernière rencontre des députés à l’Assemblée nationale, Mme Aminata Touré s’était prononcée sur la question et avait manifesté son attachement à s’investir pour que ces irrégularités et fautes décelées dans le rapport de la Cour des comptes sur le contrôle de la gestion du fonds de riposte et de solidarité contre les effets de la covid-19, puissent être tirées au clair et que les responsabilités soient situées.


3- Emprunt obligataire : L’Etat du Sénégal veut 150 milliards FCFA du marché financier de l’UEMOA


Depuis le jeudi 15 décembre 2022, l’Etat du Sénégal, à travers la Direction générale de la comptabilité publique et du trésor (DGCPT), sollicite un montant de 150 milliards FCFA au niveau du marché financier de l’UEMOA, à travers l’émission d’un emprunt obligataire par appel public à l’épargne dénommé <>,a appris Le Journal de l’économie Sénégalaise (LEJECOS), auprès de la Société de Gestion et d’Intermédiation (SGI) EVEREST Finance, arrangeur et chef de file de l’opération.
Il faut rappeler que EVEREST Finance est la troisième SGI sénégalaise agréée le 30 mars 2016, par le Conseil Régional de l’Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF), devenu actuellement Autorité des Marchés Financiers de l’Union Monétaire Ouest Africaine (AMF-UMOA). Au 30 juin 2022, EVEREST Finance a été classée en Trading, 2e au Sénégal et 7e en Zone UEMOA. C’est certainement toutes ces considérations qui ont conduit le Ministre des Finances et du Budget, à choisir cette SGI pour mener à bien l’emprunt.
Cette opération, qui prend fin en principe le 27 décembre 2022, a été autorisée par l’arrêté 037262 du 13 décembre 2022 du ministre des Finances et du Budget. Mais la souscription peut être raccourcie, prolongée ou déplacée à la discrétion de l’émetteur, après avis de l’AMF-UMOA.
Selon les responsables de EVEREST Finance, le montant mobilisé via cette émission obligataire, servira essentiellement au financement d’une partie des investissements, en vue de la poursuite de la transformation structurelle de l’économie, rapporte Leral.net.
Dans le cadre de cette opération, le Trésor Public a émis 15 millions d’obligations d’une valeur nominale de 10 000 FCFA, soit un montant indicatif de 150 milliards FCFA. La date de jouissance des titres sera fixée dans les 5 jours suivant la clôture de l’opération de souscription.
Quant au taux nominal annuel de l’emprunt, il est 5,95%. La durée de l’emprunt est de 12 ans, couvrant la période 2022-2034. Le remboursement de l’emprunt se fera par amortissement constant annuel, après un différé de 3 ans.

4- Ismaëla Madior Fall refuse de se prononcer sur le rapport de la Cour des comptes


Le rapport de la Cour des comptes portant sur la « Contrôle de la gestion du Fonds de riposte et de solidarité contre les effets de la COVID-19 (FORCE COVID), Gestions 2020 et 2021 » ne se verra pas le privilège d’être commenté par le ministre la Justice, garde des Sceaux, Ismaël Madior Fall. Celui-ci, qui a présidé, ce lundi, la rencontre annuelle des chefs de parquets, s’est littéralement abstenu de toutes questions allant dans ce sens. Interpellé par la presse, le ministre dira « pas de questions, à la prochaine… inchallah ! » , a-t-il lancé avant de prendre la poudre d’escampette, relate Pressafrik.
Et pourtant, dans ce rapport de 180 pages, les contrôleurs de la Cour des Comptes ont relevé de nombreuses irrégularités, conflits d’intérêt, entorses au Code des marchés publics, retards dans les délais de livraisons, etc. en ce qui concerne la gestion 2020 et 2021 et l’utilisation du Fonds FORCE COVID-19. Un carnage financier qui, depuis deux semaines, occupent les débats dans l’espace public.
D’ailleurs, ladite Cour a demandé l’ouverture de 12 d’informations judiciaires.

5- Affaire Amy Ndiaye Gniby : Le verdict sera rendu le 26 décembre prochain


Les députés Massata Samb et Mamadou Niang seront édifiés sur leur sort le 26 décembre prochain. Poursuivis pour coups et blessures volontaires ayant entraîné une incapacité temporaire de travail de 23 jours sur une personne particulièrement vulnérable et menace de mort, ils risquent 2 ans de prison ferme si le juge suit le réquisitoire du procureur, révèle Dakaractu.


6- Actu internationale


• Massacre du 28-Septembre en Guinée : Moussa Dadis Camara continue à nier toute responsabilité


Quatrième comparution de Moussa Dadis Camara au procès du massacre du 28 septembre 2009, informe Rfi. Il était président de la transition à l’époque de la répression sanglante de l’opposition dans le plus grand stade de Conakry. Au tribunal criminel de Dixinn, Moussa Dadis Camara a continué, ce lundi 19 décembre, à nier toute responsabilité.


• Le Ghana suspend une partie du paiement de sa dette extérieure


Le Ghana traverse la pire crise économique de ces dernières décennies, avec 40% d’inflation. Sa dette s’élève à 80% de son PIB et une première série de mesures de restructuration avait été annoncée, le 6 décembre, suivie d’un accord avec le FMI pour un programme de financement de 3 milliards de dollars, renseigne Rfi. Mais ce lundi, le Ghana annonce la suspension du paiement d’une partie de sa dette extérieure.


• L’Allemagne restitue vingt bronzes au Nigeria


La ministre des Affaires étrangères allemande est en visite au Nigeria où elle va restituer personnellement vingt œuvres d’art spoliées dans l’ancien royaume du Bénin, l’actuelle ville de Benin City, dans le sud du pays, informe Rfi. Le gouvernement allemand s’est engagé à rendre au total plus de 1 130 trésors pillés.


7- Actu sports


• Coupe du Monde – Avec 172 buts inscrits, Qatar 2022 bat le record de 1998 et 2014 !


La 22e édition de la Coupe du Monde a pris fin hier avec le troisième sacre de l’Argentine qui a battu la France lors de la série de penaltys après un temps réglementaire (3-3). Dès lors le bilan de cette belle compétition peut commencer. Premier arrêt sur les buts, Qatar 2022 est sans doute le plus prolifique de tous, révèle Wiwsport.
Pour la première fois dans l’histoire de cette compétition crée en 1930, la coupe du monde se disputait dans un pays arabe. Mais ce ne sera pas la seule chose que l’on retiendra de cette 22e édition qui aura bluffé plus d’un sur l’aspect sportif, organisationnel et touristique.
En effet, c’est la coupe du monde la plus prolifique. D’ailleurs, elle a battu le record de nombre de buts inscrits. Au total, 64 matchs ont été disputés par les 32 sélections. Naturellement, l’Argentine (1er), la France (2e), la Croatie (3e) et le Maroc (3e) ont disputé le plus de matchs (7). La Coupe du monde Qatar 2022 a enregistré 172 buts.
À ce jour, il n’y a jamais eu plus de 171 buts marqués en une édition de la Coupe du monde. C’est arrivé à deux reprises : en 1998 et en 2014.


• 220 milliards d’euros dépensés… Le Mondial au Qatar a été le plus cher de l’histoire


La Coupe du monde 2022 s’est achevée ce dimanche 18 décembre par le sacre de l’Argentine. Ce Mondial au Qatar a été de loin le plus cher de l’histoire, avec 220 milliards d’euros dépensés par le pays hôte, selon un rapport de la banque privée Mirabaud parcouru par Ouest France.
La Coupe du monde la plus chère de l’histoire. Ce dimanche 18 décembre, le Mondial 2022 a pris fin avec le sacre de l’Argentine face à l’équipe de France, en finale (3-3, 4-2 aux tirs au but). Un Mondial controversé, disputé en plein hiver, qui a engendré des dépenses inédites pour un pays hôte. Selon la banque privée Mirabaud, le Qatar a dépensé 220 milliards d’euros soit 14.4070.369.542.000 FCFA pour organiser cette compétition.
Une somme bien plus élevée que pour les précédentes éditions. À titre de comparaison, la Russie avait dépensé 11 milliards d’euros en 2018, et le Brésil avait investi 15 milliards d’euros pour l’organisation du Mondial en 2014.
Parmi les 220 milliards d’euros, seule une petite partie était destinée à la construction des stades – environ « 6,5 à 10 milliards de dollars », précise Mirabaud dans son analyse publiée cette nuit. Le reste de cette somme a notamment servi à la construction d’infrastructures logistiques, de transports ou encore d’offres hôtelières.


• Équipe de France : Benzema dit stop à sa carrière internationale


Karim Benzema a annoncé, ce lundi 19 décembre 2022, qu’il prenait sa retraite internationale, informe Igfm.
Il a fallu attendre le lendemain de la finale perdue par les Bleus et le jour de son anniversaire pour annoncer la nouvelle. En effet, forfait de dernière minute pour disputer la Coupe du monde 2022 avec l’équipe de France, Karim Benzema a annoncé, ce lundi 19 décembre, qu’il prenait sa retraite internationale ce 19 décembre. Une page se tourne.


Sencaféactu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *