Saliou Sène, Docteur en Sciences de l’Éducation : « L’éducation inclusive est plus large que la prise en charge des enfants en situation de handicap »

Le Docteur en Sciences de l’éducation Saliou Sène a soutenu, lundi que l’éducation inclusive est plus large que la prise en charge des enfants en situation de handicap, précisant que « c’est la prise en charge de tous les ceux qui sont exclus des formes d’offre d’éducation qui existe au Sénégal ».
« Dès qu’on parle d’éducation inclusive, les idées vont vers les enfants en situation de handicap, mais elle est plus large que la prise en charge de ces enfants là. Elle concerne tous ceux qui sont exclus des formes d’offre d’éducation qui existent au Sénégal », a-t-il dit a l’occasion d’un atelier de deux jours sur le renforcement des capacités des acteurs de la presse sur l’éducation inclusive, initiée par la Coalition des organisations en synergie pour la défense de de l’éducation publique (Cosydep). Il explique qu’un enfant aveugle inscrit dans une école où il n y a personne qui est formé en braille pour l’encadrer est concerné par l’exclusion. Il en est de même pour un enfant déficient intellectuel. « Un enfant sourd-muet qui est étudie dans les écoles classiques que nous avons est considéré comme exclu du système de formation et d’éducation tel que mis en place dans ce pays. Le concept est donc plus large et plus profond », a soutenu l’inspecteur de l’enseignement élémentaire. Le spécialiste en éducation inclusive et spéciale a fait savoir que toutes les idées sont orientées vers les personnes qui ont plus de problème d’accès à l’éducation à chaque fois qu’on parle d’éducation inclusive. Pour lui, cette forme d’éducation fait partie des stratégies développées dans le grand secteur de l’éducation pour permettre à tous les enfants d’avoir accès a toutes les offres d’éducation « afin de ne laisser personne en rade ». De son côté, le formateur à l’Institut national d’éducation et de formation des jeunes aveugles (INEFJA) de Thiès, Ali Dia a déploré la cherté du matériel utilisé par un élève mal voyant pour suivre les cours. « Pour juste calculer, le parent d’élève doit acheter le matériel sous forme d’ardoise avec des cubes à 20 000 francs CFA et la machine à écrire avec la méthode braille coûte 655 000 francs CFA chez le fournisseur sans compter les frais de transport et le dédouanement », a-t-il expliqué. Tout ce matériel vient de l’extérieur, selon lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *