PÔLE CASAMANCE Les travaux lancés vers la fin du mois d’avril

Dans le cadre de l’autonomisation des territoires, le gouvernement du Sénégal a mis en place pour le moment trois pôles territoires dont celui de la Casamance sera le pôle test. Pour le démarrage de la phase pilote, les travaux de ce programme aussi ambitieux seront lancés à la fin du mois d’avril à Ziguinchor.

Les travaux du pôle Casamance seront lancés vers la fin du mois d’avril. La révélation est faite hier par le président de la Commission nationale  du dialogue des territoires  (Cndt), Benoît Sambou. Ces pôles territoires auront pour rôle de consacrer ce qu’on appelle la territorialisation des politiques publiques avec la mise en œuvre de contrats, des projets territoriaux. « En fonction des dotations factorielles, en fonction des potentialités de chaque pôle, de chaque région, on pourra développer des activités économiques pour booster l’économie du territoire », a-t-il déclaré. Il l’a fait savoir hier lors de la signature de  convention tripartite entre la Commission nationale de dialogue des territoires (Cndt), Enda Graf Sahel et Initiatiative Prospective Agricole et Rurale (Ipar). Cette convention va permettre, selon le président de la Cndt d’organiser le Sénégal en territoires viables, compétitifs et porteurs de développement durable. Ce qui permettra à ces trois structures de conduire la phase pilote à travers de la réalisation des actions portant test des instruments et outils de gouvernance de l’intercommunalité dans les collectivités territoriales du département de Ziguinchor, Mais aussi, elles vont conduire « l’étude portant caractérisation et cartographie des potentialités et ressources du pôle territoire de la Casamance », assortie d’un choix restreint de ressources susceptibles de justifier des projets d’intercommunalité, tout en testant les instruments et outils de gouvernance foncière et l’organisation du cycle de dialogue sur l’intercommunalité et sur la gouvernance foncière. En outre, il a salué l’effort fourni par ces deux institutions qui ont beaucoup contribué à l’avènement d’une société solidaire et à la facilitation des processus de transformation structurelle et durable de l’économie sénégalaise. « Enda Graf Sahel s’est toujours distingué par sa pertinente contribution à l’avènement d’une société solidaire, respectueuse de la dignité humaine, de la justice sociale et de la diversité culturelle. Par Ipar, elle s’est illustrée dans la recherche, mais aussi à la facilitation des processus complexes de transformation structurelle et durable de notre économie », a expliqué Benoît Sambou. Prenant la parole, Cheikh Oumar Ba, Directeur Ipar,  a salué l’aboutissement de cette signature entre les trois institutions. « Nous devons travailler ensemble pour une grande orientation qui est le pôle territoire de la Casamance », a-t-il, tout en faisant part que « la Cndt peut jouer un rôle important dans le problème du foncier dont souffrent les collectivités territoriales. Pour Emmanuel Seyni Ndionne, président de Enda Graf Sahel, le pôle va permettre de mesurer les ressources du territoire. « Le fait de choisir la Casamance comme zone pilote me fait plaisir, parce que c’est une région riche qui dispose beaucoup de ressources », a-t-il indiqué. Selon lui, toutes ces institutions doivent cheminer au côté de l’État, en partant des indicateurs du Pse pour le développement du pays. « Nous allons nous associer dans sa mise en forme, financièrement et économiquement et par les compétences que nous avons. En tant Enda Graf Sahel nous allons apporter tout ce qui nous pouvons  faire pour tirer toutes les conclusions d’un engagement pour la ré, avec la réussite de ce projet, avec la valorisation des ressources humaines », a-t-il conclu.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.